Genèse chapitre 34

Résumé:

Jacob arriva dans la ville de Sichem dans le pays de Canaan. Dina, fille de Léa fut enlevée et déshonorée par Sichem, fils de Hamor, prince du pays. Cependant, ce dernier tomba amoureux d’elle et voulut l’épouser. Il envoya donc son père demander Dina en mariage auprès de Jacob. Mais les frères de Dina ne tolérèrent pas que Dina ait été déshonorée, et utilisèrent une ruse pour libérer leur sœur des griffes de Sichem: ils exigèrent comme condition la circoncision de tous les hommes de la ville, afin de permettre non seulement cette union, mais aussi d’autres unions entre les enfants de Jacob et ceux de la ville de Sichem. Le prince de Sichem accepta sans hésiter car il voyait tous les avantages matériels qu’ils tireraient de leur circoncision. Le troisième jour après la circoncision de tous les mâles de la ville, Siméon et Lévi, frères de Dina entrèrent dans la ville pour tuer tous les hommes et récupérer leur sœur. Ils pillèrent la ville et emmenèrent comme butin toutes leurs richesses, leurs enfants et leurs femmes, et tout ce qui se trouvait dans les maisons, ce qui troubla Jacob qui eut peur des représailles des cananéens.

Enseignement:

->le calme de Jacob et la fougue de ses fils est paradoxal: quelle éducation a-t-il transmis à ses enfants? Comme ses ancêtres, la connaissance de Dieu est un cheminement: il a appris à connaitre Dieu au fil de ses expériences. Manipulateur dans sa jeunesse, prêt à tout pour obtenir une bénédiction, il subit à son tour la tromperie, et face à la crainte d’une rencontre qui aurait pu lui être fatale (celle d’avec son frère à qui il avait fait du mal), il découvre la miséricorde de son Dieu et grandit spirituellement; il comprend désormais l’importance de l’amour de Dieu. C’est dans ce contexte qu’il apprend que sa fille a été enlevée, et fait preuve de beaucoup de tempérance et de bénignité. Cependant, le fait que sa jeunesse ait été marquée par le faux et la manipulation, aussi bien chez son père que chez Laban son beau-père, a impacté ses enfants qui eux, ne connaissent pas encore le Dieu de leur père.

De plus, nous savons aussi que Jacob aimait Rachel plus que Léa, ce qui aurait aussi pu endurcir le cœur des enfants de Léa, au point de les pousser à vouloir prendre le contrôle de cette situation, croyant que leur père était plutôt indifférent face à cette situation.

-> Cependant c’est Dieu qui a permis la colère des frères de Dina car ce n’était pas sa volonté, que Jacob s’installe à Sichem et que ses enfants épousent des cananéens.

-> Nous voyons aussi le sens donné à la circoncision: véritable signe d’union entre Dieu et Abraham, elle n’a toute son importance que lorsque le cœur est sincère. Nous voyons les fils de Jacob se servir de cela pour affaiblir physiquement les cananéens et récupérer leur sœur, car pour eux, ce n’est pas la circoncision qui fait de nous des enfants de Dieu, mais la communion réelle qu’on a avec Dieu, qui vient du cœur. En outre, nous constatons très clairement que les cananéens se sont fait circoncire uniquement parce qu’ils avaient des intentions matérialistes, ce qui ne pouvait pas être à leur avantage.

-> Siméon et Levi profitent de leur position pour piller la ville et enlever à leur tour femmes et enfants de Sichem, pratique courante à cette époque en temps de guerre, pour affaiblir encore plus les vaincus et renforcer les vainqueurs.

-> Enseignement sur le mariage :

-le fait que les choses n’aient pas été faites dans l’ordre a attisé la colère des frères de Dina, car on demande d’abord la fille en mariage avant de coucher avec elle, on ne fait pas l’inverse.

-Une union sans accord des familles n’est pas considérée comme mariage, mais un déshonneur. Le mariage, au-delà de son aspect cérémonial, ne puise son essence selon la bible que dans la bénédiction des parents.

-Ensuite, le mariage est l’union de deux familles, les biens des uns et des autres sont mis en commun. La bible ne nous parle pas de mariage civil ou religieux, mais « du mariage », qui est simplement l’union de deux personnes avec l’accord de deux familles.

 

Servante Sylvie