LA LIBERTE

Découvrez nos enseignements vidéos sur la liberté en cliquant ici

Posons-nous la question de savoir si l’homme est réellement libre ou si sa vie, sa volonté sont conditionnées par Dieu. Il nous arrive souvent de nous interroger sur le pourquoi de telle situation ou dans quelle mesure Dieu l’aurait empêchée ou permise. Il y’a un adage qui dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu. A la lumière de ce que je reçois actuellement de Dieu pendant que je vous transmets ce message, nous comprendrons ensemble le sens de la liberté selon Dieu.

Il est vrai que certaines expériences pourraient nous aider à comprendre ce concept, mais faisons ensemble une observation attentive des faits bibliques relatés, de manière à nous y aider, sous la puissance du Saint Esprit. Cela nous permettra de saisir le sens profond de la liberté.

D’abord sillonnons l’ancien testament, plus particulièrement le livre de la Genèse.

Dans ce livre nous pouvons constater comment Dieu construit la liberté de l’homme. Nous verrons qu’à la lecture de ce dernier, beaucoup d’interrogations s’imposent :

1- Pourquoi Dieu aurait-il planté ou permis l’existence de ce fameux arbre dotant l’homme de la connaissance du bien et du mal dans le jardin d’Eden ?

2-L’homme au cœur du jardin, n’était-il pas suffisamment satisfait au point de consommer les fruits de l’arbre interdit?

Pour répondre à ces questions, nous tenterons de consulter un dictionnaire pour comprendre le sens étymologique du concept de la Liberté. A ce niveau, le dictionnaire ne nous donne qu’une approche du sens de la liberté. Selon lui, la liberté est définie comme étant un concept qui désigne la possibilité d’action ou de mouvement … ce qui implique la notion de faire tout ce qui n’est pas interdit et ne pas faire tout ce qui n’est pas obligatoire .

Partant de cette définition, pouvons-nous dire que la liberté selon Dieu est-elle limitée ou constructive ?

Genèse 2:16-17 : « Tu peux manger les fruits de n’importe quel arbre du jardin, sauf de l’arbre qui donne la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. Le jour où tu en mangeras, tu mourras.>>

Pour répondre à la première question qui est de savoir pourquoi ce fameux arbre au cœur du jardin, nous allons encore nous projeter dans la bible pour recueillir des faits qui montrent la liberté qu’ a l’homme d’agir selon ses désirs:

Prenons 1Roi 21:1-29. Nous voyons bien qu’au temps du Roi Achab, il y avait un homme du nom de Naboth propriétaire de parcelle de terre qu’il avait transformée en potager. Cette parcelle était un héritage légué par ses pères. Etant donné que cette parcelle côtoyait la propriété du roi, ce dernier lui fit la proposition de la lui céder en échange de biens matériels ou autres, ce qui ne fut pas accepté par le propriétaire légal, Naboth. Ce refus ferme de Naboth ne fut pas du goût du roi. Frustré, il partit rendre compte à son épouse Jézabel qui, très furieuse, demanda au roi d’autoriser la mort de Naboth. Selon elle, le roi avait été humilié et la risposte devait être sans négociation. A la demande de Jézabel, avec l’accord de son époux, Naboth fut donc tué.

Dieu réagira plus tard par l’intermédiaire de son prophète Elie : << Et il répondit: Je t’ai trouvé, parce que tu t’es vendu pour faire ce qui est mal aux yeux de l’Eternel. Voici, je vais faire venir le malheur sur toi; je te balaierai, j’exterminerai quiconque appartient à Achab, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël, et je rendrai ta maison semblable à la maison de Jéroboam, fils de Nebath, et à la maison de Baescha, fils d’Achija, parce que tu m’as irrité et que tu as fait pécher Israël. L’Eternel parle aussi sur Jézabel, et il dit: Les chiens mangeront Jézabel près du rempart de Jizreel. Celui de la maison d’Achab qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux du ciel. Il n’y a eu personne qui se soit vendu comme Achab pour faire ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, et Jézabel, sa femme, l’y excitait. Il a agi de la manière la plus abominable, en allant après les idoles, comme le faisaient les Amoriens, que l’Eternel chassa devant les enfants d’Israël. >> (1Roi 21:20-26)

Nous voulons vous faire remarquer par ces faits Biblique que Dieu n’est pas le gendarme de l’homme mais qu’il voit tous nos actes, qu’ils soient bons ou mauvais. Il n’y est pas indifférent mais nous juge sur nos actes car il a mis en nous le sens du bien et du mal.

Revenons dans Genèse 4, avec l’histoire de Caen et Abel. Après les différents sacrifices offerts à Dieu par ces deux fils d’Adam et Eve. Caen fut jaloux du fait que Dieu ait approuvé le sacrifice de son frère et pas le sien. Cette jalousie le conduisit à vouloir la mort de son frère. Mais en chemin pour l’accomplissement de son dessein, Dieu l’interpella, lui disant que le péché était à la porte de son cœur et qu’il avait la possibilité de le dompter. Malgré cet avertissement, rien n’empêcha Caen de tuer son frère Abel.

Au regard de ces deux histoires bibliques et de bien d’autres encore, nous pouvons constater que Dieu a légué à l’homme toute la liberté de ses actes, tout en attendant de lui , obéissance à sa parole. Ce qui veut dire que l’homme a pleinement le choix de faire le bien ou le mal. De ce fait, Dieu n’a jamais été un gendarme épiant continuellement l’homme. Cependant Dieu a un regard permanant sur lui et sur les actes qu’il pose. Pour la simple raison qu’il est le créateur, il est plus qu’une mère pour nous : << Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point. Voici, je t’ai gravée sur mes main>> (Esaie49:15-16).

De ce point de vue, Dieu ne peut pas nous oublier quel que soit ce que nous sommes : Intelligent, insensé, criminel, malade mental, menteur, débauché, adultère, violeur, prostitué, alcoolique etc … Il nous aime à la même mesure, et la preuve en est qu’il respecte notre liberté en attendant le jugement dernier.

Nous pouvons aussi constater deux choses au travers de ces faits :

Tout d’abord Dieu avertit avant de condamner. Cela a été le cas d’Adam et Eve: il les a prévenus en disant qu’ils pouvaient manger tous ces fruits à l’exception de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Cela a été aussi le cas pour Caen qui malgré l’avertissement de Dieu, ne s’est pas détourné de ses desseins ; comme Adam et Eve, il a péché contre Dieu.

Pour le cas du roi Achab, malgré ses richesses, il ne s’est pas abstenu de toucher au bien d’un pauvre et plus faible que lui, au point même de le tuer avec la complicité de sa femme, pour récupérer ses terres.

Que manquait-il à un si grand roi d’Israël? Je veux comprendre!! Que manquait-il également à Adam et Eve dans le jardin ? Les fruits des arbres non interdits du jardin n’étaient -ils pas de bonnne qualité ou de bonne saveur au point de désobéir à Dieu en consommant les fruits du seul arbre interdit ?

Et nous pouvons lister d’autres cas dans la Bible. Que manquait-il aux hommes que Dieu a créés? La Bible ne nous dit-elle pas qu’après avoir créé toute chose, Dieu vit que c’était bon. Tout ce que Dieu crée est bon, mais c’est le péché, la désobéissance à Dieu qui détruit et vient tordre le coup au projet de Dieu pour nos vies.

Répondons à la deuxième question qui était de savoir si l’homme n’était pas suffisamment épanoui dans le jardin d’Eden, au point de consommer les fruits de l’arbre interdit.

La réponse est « Oui », l’homme était suffisamment épanoui. Il l’était tellement, au point que satan convoitait et jalousait son épanouissement, plus encore, son intimité spirituelle avec Dieu. Dieu crée l’Homme à son image et à sa ressemblance. Comment peut-il nous rendre malheureux? Jésus ne dit-il pas ceci dans Mathieu 7:10-12 ? <<…Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes>>.

Revenons à la notion de liberté. Dieu est plus que libre. On dit souvent qu’il est souverain. Dans cette souveraineté ou du moins dans cette liberté absolue, il n’abuse pas de nous mais au contraire désire que nous soyons libres, avec une liberté bâtie sur l’obéissance et le respect de sa parole. Cette obéissance nous rend humble vis à vis de lui, mais renforce également notre intimité avec lui. Il fait grâce aux humbles mais résiste aux orgueilleux. Les orgueilleux, ce sont les rebelles, ceux -là même qui désobéissent à la parole de Dieu.

Posons-nous la question suivante : quel était donc le projet de Dieu lorsqu’il introduisait dans le jardin l’arbre de la connaissance du bien et du mal. A mon humble avis, Dieu voulait se faire des amis semblables à lui, des amis avec qui il pouvait marcher et sur qui il pouvait également compter.En introduisant cet arbre dans le jardin, Dieu voulait bâtir le caractère de l’Homme. C’était une forme d’épreuve constructive par laquelle l’Homme recevait l’approbation de Dieu. Ainsi en obéissant, l’Homme devenait humble, ce qui le rendait ami de Dieu.

Et cela se construit et se mérite. Ne devient pas ami de Dieu qui veut, mais qui le peut. Il faut absolument passer par l’épreuve qui rend obéissant et qualifie. Cela a été le cas d’Abraham et de bien d’autres grands personnages de la Bible. Ce qu’il faut savoir c’est que la liberté dont il est question, a été donnée depuis le commencement. Mais nous faisons de cette liberté du libertinage c’est à dire une mauvaise liberté dans laquelle l’Homme défie Dieu et se présente comme un véritable rebelle qui défie toute loi et fait de Dieu un menteur. Ces rebelles sont plutôt soumis à satan parce qu’il est le père de la rébellion. Dieu est le maître de la créature et de la création. Toute parole qui sort de sa bouche, fait office de loi et concourt à notre bien. Mais comme dit l’apôtre Paul: << Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. >> Galates 6:7. Pour dire, ne défions pas Dieu. Ceux qui ont osé le faire ont connu, eux et leurs descendants, la mort spirituelle, c’est à dire la séparation d’avec Dieu.

 

En résumé, sachons que la liberté selon Dieu, fondée sur la loi et les prophètes, concourt à notre total épanouissement. Dieu veut nous voir libre mais ne faisons pas de cette liberté un prétexte pour pécher.

Découvrez nos enseignements vidéos sur la liberté en cliquant ici
Serviteur Paul-Désiré