Le mariage : Monogamie, Polygamie, divorce

Le monde définit le mariage comme un acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par le Code civil (mariage civil) ou par les lois religieuses (mariage religieux) ; union ainsi établie. » (cf Larousse 2014).

Cependant la bible définit le mariage comme étant une union consacrée par Dieu entre un homme et une femme et que nul ne peut séparer.

 

Le mariage dans l’ancien testament

->Genèse 2v18: « L’Eternel Dieu dit: Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui. » D’autres versions diront « une aide qui lui soit assortie »

->Genèse 2:23-24 « Et l’homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! On l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair ».

A chaque homme est donc assortie une « femme » qui représente une aide, un vis-à-vis, pour cheminer sur la destinée tracée par le Père éternel. Pour Dieu, il n’est pas bon que l’homme soit seul, l’épouse contribuant à son bien-être et à sa bonne marche vers le plan divin. Ainsi la « femme», chair de la chair de l’homme, os de ses os, va-t-elle lui permettre de multiplier ses propres forces. Deux personnes unies dans une seule chair, sont plus fortes que lorsqu’elles sont prises individuellement ou séparément.

Par ailleurs, le livre de la genèse nous dit que Dieu a pris une seule côte d’Adan pour fabriquer Eve, pas deux côte, pas trois… et Dieu parle d’ « une  » aide, pas de plusieurs, car le plan divin à la création ne laisse pas de place pour la polygamie.

Avec la femme, la mission premiere de l’homme à la création est de peupler la terre:

genèse 1:27-28 « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. 28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez … »

Pour comprendre les différents aspects du mariage, nous allons sillonner la bible de manière chronologique, et nous verrons que ce sont les pêchés de l’homme qui l’ont conduit à la polygamie ou au divorce, pas l’Esprit de Dieu.

Après Adam, nous voyons que Caen, premier fils d’Adan, avait une seule épouse: Genèse 4 v 17: « Caïn connut sa femme; elle conçut, et enfanta Hénoc. Il bâtit ensuite une ville, et il donna à cette ville le nom de son fils Hénoc. »

Cependant, Caïen, qui a tué son frère, est sous le joug d’une malédiction: genèse 4 : 11-12 « Maintenant, tu seras maudit de la terre qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa richesse. Tu seras errant et vagabond sur la terre. »

Six générations après Caïen, son descendant, Lémek, lui-même sous le coup de la malédiction de son ancêtre, portant le fardeau du pécher de Caïen, s’éloigne de la parole qui veut que l’homme ait une seule épouse. Ainsi devient-il le premier homme à prendre deux femmes pour épouses. Il reconnait lui-même être également sous le joug de la malédiction dans genèse 4:23-24: « Lémec dit à ses femmes : Ada et Tsilla, écoutez ma voix ! Femmes de Lémec, écoutez ma parole ! J’ai tué un homme pour ma blessure, Et un jeune homme pour ma meurtrissure. Caïn sera vengé sept fois, Et Lémec soixante-dix-sept fois. »

N’oublions pas que Dieu a créé l’homme libre. De la même manière que Caen avait la possibilité de stopper le péché qui frappait à sa porte (Dieu l’avait prévenu dans genèse 4:7 « le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui »), Lemec aussi, était libre d’épouser une seule femme. Mais il fit le choix d’en épouser deux, s’éloignant encore plus du plan divin, au lieu de chercher à s’en rapprocher et à se libérer de la malédiction qui pesait sur lui.

Revenons aux autres enfants d’Adan et Eve; la bible nous parle longuement de Seth, dont elle dit dans genèse 5v9 qu’il est à la ressemblance et à l’image d’Adam. En lui, Dieu voit Adam, cet être pur qu’il avait créé. Ce n’est donc pas étonnant que c’est de sa lignée qe fut issu Enok, cinq générations plus tard. La bible dit d’Henok qu’il ne mourut pas, qu’il fut enlevé, tellement il marchait avec Dieu (genèse 5v24).

Henok était l’arrière-arrière-grand-père de Noé. De Seth à Noé, ils avaient pris chacun une seule femme, celle qui les a aidé à marcher selon le plan de Dieu.

Marcher selon Dieu, épouser celle qu’il nous a réservée, nous permet donc marcher selon la volonté de Dieu et de préserver nos bénédictions et celles de nos enfants. Ainsi verrons-nous que les enfants issus d’unions illégitimes aux yeux de Dieu ne peuvent pas avoir la même bénédiction que ceux issus de l’union légitime, sauf en cas d’extrême repentance, car il ne faut pas oublier que notre Dieu est un Dieu miséricordieux. Pour illustrer cela, nous verrons les cas d’Abraham avec ses fils Ismaël et Isaac, et de David, avec son fils Salomon.

Abraham et ses enfants Ismaël et Isaac

Genèse 12:1-2: « L’Eternel dit à Abram: Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. « 

Telle était la destinée d’Abraham. Pourtant, lorsqu’il reçut cette prophétie, il était âgé de 100, sa femme Saraï, également âgée, était stérile.

Genèse 16: 2-4 : »et elle dit à Abram : « Écoute-moi : le Seigneur ne m’a pas permis d’avoir un enfant. Va donc vers ma servante ; grâce à elle, peut-être aurai-je un fils.» Abram écouta Saraï. Et donc dix ans après qu’Abram se fût établi au pays de Canaan, Saraï, femme d’Abram, prit Agar l’Égyptienne, sa servante, et la donna pour femme à son mari Abram. Celui-ci alla vers Agar, et elle devint enceinte« . Ce fut la mère d’Ismaël.

Sarah, avait douté de la puissance de Dieu. Se sachant stérile et âgée, elle n’a pas cru que la descendance promise à son époux viendrait d’elle.

Genèse 17:19-21 : « Mais Dieu reprit : « Oui, vraiment, ta femme Sara va t’enfanter un fils, tu lui donneras le nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui, comme une alliance éternelle avec sa descendance après lui. Au sujet d’Ismaël, je t’ai bien entendu : je le bénis, je le ferai fructifier et se multiplier à l’infini ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation. Quant à mon alliance, c’est avec Isaac que je l’établirai, avec l’enfant que Sara va te donner l’an prochain à pareille époque. » »

Nous voyons bien que l’alliance a été faite avec l’enfant de l’épouse d’Abraham, pas celui de sa servante. Abraham n’a jamais été polygame, il n’a jamais épousé sa servante, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Dieu a toujours considéré Agar comme la servante d’Abraham. C’est ce que le livre de la genèse nous rappelle au chapitre 21 v 12lorsque Sarah demande à Abraham de faire partir Agar et Ismaël de leur maison : « mais Dieu lui dit : ne sois pas triste à cause du garçon et de ta servante ; écoute tout ce que Sara te dira, car c’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom ; »

 

*Les enfants d’Isaac: Esaü et Jacob

Genèse 25v23 « Et l’Eternel lui dit: Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles; un de ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit. »

Cette prophétie annonce deux enfants dont le cadet dominera sur l’ainé. Ainsi naquirent les jumeaux d’Isaac, Esaü et Jacob ; Jacob, le cadet, tenant le talon de son frère Esaü en sortant du ventre de sa mère.

->Esaü prit plusieurs femmes en épouses, de surcroit des étrangères qui furent sujet d’amertume pour ses parents: genèse 26v34 « Esaü, âgé de quarante ans, prit pour femmes Judith, fille de Beéri, le Héthien, et Basmath, fille d’Elon, le Héthien. Elles furent un sujet d’amertume pour le cœur d’Isaac et de Rebecca. »

-> Jacob, bien que béni par la prophétie qui annonçait qu’il dominerait son frère, ne pouvait pas s’empêcher de le tromper et de le manipuler ; il le fit à deux reprises: la première fois, en lui extirpant son droit d’ainesse, et la deuxième, en se faisant passer pour lui pour obtenir la bénédiction ultime de son père Isaac (cf genèse chapitre 27). Mais il paya pour ces pêchés en se faisant tromper à son tour au moment où il voulait prendre Rachel pour épouse. Le chapitre 29 de la genèse, que je vous invite vivement à lire, nous indique que Rachel était bien celle que Dieu avait réservée à Jacob. Mais Laban, son père, oncle une autre fille prénommée Léa, permuta les deux jeunes filles à l’insu de Jacob le jour du mariage et lors de la nuit de noce. Pour récupérer Rachel, Jacob dut travailler 14 ans pour Laban, comme indiqué dans Genèse 31: 41-42 « Voilà vingt ans que j’ai passés dans ta maison; je t’ai servi quatorze ans pour tes deux filles, et six ans pour ton troupeau, et tu as changé dix fois mon salaire. Si je n’eusse pas eu pour moi le Dieu de mon père, le Dieu d’Abraham, celui que craint Isaac, tu m’aurais maintenant renvoyé à vide. Dieu a vu ma souffrance et le travail de mes mains, et hier il a prononcé son jugement. »

Pourtant, Jacob n’avait pas besoin de tromper son frère et son père, car il était de toute façon écrit qu’il dominerait son frère. Ses manigances ont juste servi à l’éloigner de sa destinée. Ainsi s’est-il retrouvé avec deux femmes, dont une qu’il n’aimait pas. Ce n’était pas la volonté de Dieu qu’il épouse deux femmes, c’était plutôt la conséquence de la supercherie faite à son frère et son père.

 

David et Salomon

*David:

-> La bible nous dit qu’il avait plusieurs femmes : 2 Samuel 5 v 13: « David prit encore des concubines et des femmes de Jérusalem, après qu’il fut venu d’Hébron, et il lui naquit encore des fils et des filles. »

-> 2 Samuel 11:2-26 nous révèle la personnalité de David en matière matrimoniale: il a un penchant pour les femmes, au point de coucher avec une femme mariée, nommée Bath-Schéba, d’inviter son mari à manger avec lui pour l’enivrer et l’envoyer ensuite au front, en première ligne de guerre, pour qu’il se fasse tuer, afin de disposer pleinement de cette femme et de l’enfant issu de cet adultère.

N’oublions pas que David est l’arrière petit-fils de Ruth, une femme vertueuse, mais moabite. Pour rappel, le père de moabites était Moab, fils issu de l’inceste des filles de Loth. En effet, genese 19 : 30-36 nous raconte comment les deux filles de Loth ont enivré leur père pour faire chacune un enfants avec lui, sans qu’il ne s’en souvienne. Les enfants issus de cet inceste, Moab et Ben –Amni, sont les ancêtres de Moabites et des ammonites, dont les descendants ont été rejetés par Dieu, car en plus d’être issus de l’incest, ils adorent d’autres Dieu et ne respectent pas la Parole. Deutéronome 23 v 3  » Le Hammonite et le Moabite n’entreront point dans l’assemblée de l’Eternel ; même leur dixième génération n’entrera point dans l’assemblée de l’Eternel à jamais ». Heureusement, Dieu avait vu le cœur de Ruth, et l’a bénie, elle et sa descendance, en choisissant son descendant David, comme roi d’ Israël. Celui-ci portait quand même en lui cette tâche ancestrale ce fardeau spirituel qui l’empêche d’avoir une vie maritale impeccable. Ainsi est-il attiré par les femmes, et ne peut pas s’en empêcher. Cela l’éloigne de Dieu, et le pousse à commettre cet adultère doublé de meurtre prémédité. David ne dit-il pas dans le psaume 51 v 5: « Voici, je suis né dans l’iniquité, Et ma mère m’a conçu dans le péché. »

Le pécher avec Bath-Schéba lui causa une grande malédiction. : 2 Samuel 12: 11 « Voici ce que dit l’Eternel: Je vais faire sortir de ta propre famille le malheur contre toi et je vais prendre sous tes yeux tes propres femmes pour les donner à un autre, qui couchera au grand jour avec elles. En effet, tu as agi en secret, mais moi, c’est en présence de tout Israël et en plein jour que je ferai cela. »

Ainsi son propre fils chercha-t il à le tuer, coucha en public avec ses femmes, après qu’un autre fils ait violé une autre de ses filles. David paya donc fortement le prix pour ce pécher.

Heureusement pour David, il savait toucher le cœur de Dieu. Sa force: son humilité, sa repentance sincère et sa joie en l’Eternel en toutes circonstances; Dieu ne l’appelle-t-il pas « l’homme selon mon cœur » (actes 13:22). Il savait se faire tout petit pour la gloire du Père. C’était un roi qui dansait en public pour son Dieu, au risque de passer pour ridicule aux yeux des hommes: 2 Samuel 6:16 « Comme l’arche de l’Eternel entrait dans la cité de David, Mical, fille de Saül, regardait par la fenêtre, et, voyant le roi David sauter et danser devant l’Eternel, elle le méprisa dans son cœur. »

Il était aussi très courageux et confiant en l’éternel depuis son enfance : 1 Samuel 17 33-36 « Saül dit à David: Tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un homme de guerre dès sa jeunesse. 34David dit à Saül: Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau, 35je courais après lui, je le frappais, et j’arrachais la brebis de sa gueule. S’il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. 36C’est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l’ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l’un d’eux, car il a insulté l’armée du Dieu vivant. 37David dit encore: L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. »

Mais la preuve qu’il n’était pas un modèle dans bien des domaines, et qu’il était loin d’être parfait, est qu’il n’a pas pu construire le projet qui lui tenait à cœur: la construction du temple pour l’Éternel, à cause de tout le sang qu’il a versé: 1 Chronique 22 v 8: « Mais la parole de l’Éternel m’a été ainsi adressée: Tu as versé beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres; tu ne bâtiras pas une maison à mon nom, car tu as versé devant moi beaucoup de sang sur la terre ».

A chaque pécher son châtiment, au sang versé le revers de la médaille.

En somme, David n’était pas une référence en matière matrimoniale. Il ne faut surtout pas le prendre pour modèle dans ce domaine et dire « même le grand David était polygame, donc la polygamie était permise dans l’ancien testament », car c’est faux.

Par contre, oui, cherchons à avoir le cœur de David, apprenons, comme lui, à toucher le cœur de Dieu. Sachons nous repentir sincèrement, soyons fier de notre Dieu, soyons prêts à donner notre vie pour lui. Oui, c’est en cela que David est devenu l’homme selon le cœur de l’Eternel, c’est en cela qu’il fut béni.

 

*Salomon

Salomon est né de David et de Bath-Schéba après la mort de l’enfant adultère. Les lamentations de David ont touché le cœur de Dieu, qui a fait de Salomon l’héritier du trône. Issu de parents adultères et d’ancêtres incestueux, il avait la même faiblesse que David: les femmes. Pourtant puissamment béni, rempli d’une sagesse qu’aucun homme n’a jamais eu la grâce d’avoir, qu’aucun roi n’a jamais eue, et de richesses innombrables, il n’a pas pu préserver cette bénédiction, car il n’a pas pu se contenter de sa « côte », et ce sont les femmes qui l’ont conduit à sa perte. En effet, lui aussi a pris plusieurs épouses, de surcroît des étrangères qui n’adoraient pas son Dieu, et celles-ci l’ont poussé à adorer leurs Dieux. 1 roi 11 v 9 nous décrit sa chute « L’Éternel fut irrité contre Salomon, parce qu’il avait détourné son cœur de l’Éternel, le Dieu d’Israël, qui lui était apparu deux fois. 10Il lui avait à cet égard défendu d’aller après d’autres dieux; mais Salomon n’observa point les ordres de l’Éternel. 11Et l’Eternel dit à Salomon: Puisque tu as agi de la sorte, et que tu n’as point observé mon alliance et mes lois que je t’avais prescrites, je déchirerai le royaume de dessus toi et je le donnerai à ton serviteur. 12Seulement, je ne le ferai point pendant ta vie, à cause de David, ton père. C’est de la main de ton fils que je l’arracherai. 13Je n’arracherai cependant pas tout le royaume; je laisserai une tribu à ton fils, à cause de David, mon serviteur, et à cause de Jérusalem, que j’ai choisie. » Dieu ne pouvant revenir sur la promesse faite à David, ne pouvait donc pas maudire Salomon, mais c’est son fils qui paya pour lui. Il lui aurait pourtant suffit à Salomon, qui avait été prévenu, de respecter son alliance, de se contenter d’une « femme » israélite, pour préserver sa bénédiction et rester source de bénédiction pour son peuple.

Je pourrais continuer longuement à sillonner l’ancien testament, en vous parlant de Moïse, lui aussi monogame, et de bien d’autres, mais nous allons nous arrêter là et aller dans le nouveau testament pour voir ce que dit Jésus christ de Nazareth au sujet du mariage.

 

Le mariage dans le nouveau testament

Le premier acte du ministère de Jésus Christ fut de sanctifier le mariage à Cana. Jean 2: 11 « Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. » Ceci nous montre à quel point le mariage est important aux yeux de Dieu. Jésus ne dit-il pas de lui-même qu’il est l’époux, et ses disciples l’épouse ?

Matthieu 19, 3-12: « 3 Des pharisiens y vinrent aussi pour le tenter, et ils lui dirent: Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour quelque sujet que ce soit? 4 Et il leur répondit: N’avez-vous pas lu que Celui qui créa, au commencement, fit un homme et une femme; 5 Et qu’il dit: A cause de cela l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair? 6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Ce que Dieu a joint, que l’homme ne le sépare donc pas. 7 Ils lui dirent: Pourquoi donc Moïse a-t-il commandé de donner une lettre de divorce à la femme et de la répudier? 8 Il leur dit: C’est à cause de la dureté de votre cour que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; mais il n’en était pas ainsi au commencement. 9 Mais je vous dis que quiconque répudiera sa femme, si ce n’est pour cause d’adultère, et en épousera une autre, commet un adultère; et celui qui épousera celle qui a été répudiée, commet aussi un adultère. 10 Ses disciples lui dirent: Si telle est la condition de l’homme uni à la femme, il ne convient pas de se marier. 11 Mais il leur dit: Tous ne sont pas capables de cela, mais ceux-là seulement à qui il a été donné. 12 Car il y a des eunuques qui sont nés tels, du ventre de leur mère; il y en a qui ont été faits eunuques par les hommes; et il y en a qui se sont faits eunuques eux-mêmes pour le royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre ceci, le comprenne. « 

Ce verset résume la position de Jésus sur le mariage. Le mariage n’est pas obligatoire, car au ciel, nous vivrons comme des anges (Matthieu 22v30). Mais une fois qu’on se marie, cet engagement n’est pas à prendre à la légère; Dieu ne prévoit pas le divorce, c’est la dureté du coeur du peuple de Dieu qui a poussé Moïse, pas Dieu, à tolérer le divorce sous certaines conditions. Dieu a prévu une seule femme pour un seul homme. Par contre, si on ne se marie pas, il faut se faire eunuque, c’est à dire, renoncer au pécher causé par le plaisir sexuel.

-> Paul : 1 corinthiens 7 :1-2  » Pour ce qui est des choses dont vous m’avez écrit, il est bon à l’homme de ne point toucher de femme. 2 Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari « 

Au départ, après avoir modelé la poussière pour en faire l’homme, Dieu créa la femme parce qu’il n’était pas bon que celui-ci soit seul. Cependant, la venue de Jésus, notre époux spirituel, fait de nous des êtres spirituels qui ne marchent plus selon la convoitise de la chair. Il n’est donc plus nécessaire pour nous de nous marier physiquement comme dit Paul ci-dessus, sauf si nous nous sentons faible sans époux (se). Cela relève en effet de notre choix de vie : marcher avec Dieu sans se marier et avoir pour seul époux Jésus, ou ne pas s’en sentir capable, et pour éviter l’impudicité, se marier, mais avec une seule femme conformément à la parole.

En outre, c’est le salut de notre âme et de celui de nos enfants que nous engageons dans le mariage. Lorsqu’on nait de nouveau en Christ, et qu’on se rend compte qu’on s’était détourné de la parole, il est bon de faire une repentance sincère de notre vie passée, et de se laisser désormais guider par Dieu le Père. Pour ceux à qui il est arrivé, avant de connaître Jésus, de se marier à la légère, ou de divorcer pour X ou Y raison, rassurez-vous, une fois qu’on naît en Christ, et qu’on fait repentance de nos actes passés, Dieu fait table rase de nos pêchers anciens (cf 1 Jean 1 :9). Il nous remet alors sur le bon chemin et nous réintègre dans son plan divin.

Par contre, arrêtons également de fonctionner comme avant. Jésus n’ a-t-il pas dit à la femme adultère dans Jean 8:11  » Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus. »Pécher en soit n’est pas un problème insurmontable, mais c’est la sincérité de notre repentance et la résolution de ne plus recommencer qui jouera ensuite en notre faveur. Si nous désirons sincèrement changer, si nous refusons sincèrement de marcher par la chair, Dieu nous y aidera.

 

La soumission dans le mariage:

 

Ephésien 5:22-33

 » 22Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; 23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. 24 Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. 25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, 26 afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, 27 afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. 28 C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. 29 Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, 30 parce que nous sommes membres de son corps. 31 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. 32 Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l’Eglise. 33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari. »

La famille est la première église de Dieu. Ainsi le mari doit-il aimer l’épouse comme Jésus aime son église, il doit être prêt à donner sa vie pour elle. L’épouse quant à elle doit être soumise à l’époux, de la même manière que l’église est soumise à Christ. De même que l’église de Christ est sans tâche ni rides, le couple doit être sans tâche ni ride, rempli d’amour, de respect mutuel, d’humilité et de soumission.

Mais qu’est-ce que la soumission selon la bible? Est- elle confondue à la malédiction reçue à la suite du pécher originel qui condamnait la femme à subir la domination de son mari (cf Genese 3:16 « Il dit à la femme: J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. ») ?

Non! Jésus est venu nous délivrer de la malédiction du pécher originel. En venant à lui, nous naissons de nouveau, et marchons selon l’Esprit, non plus selon la chair :

->2 Corinthiens 5:17-18 « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. »

-> Galates 5v24: »Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. »

La soumission dont Paul parle est une soumission nécessaire pour marcher avec Christ. Les chrétiens dans l’église doivent tous être soumis les uns aux autres (cf Ephésiens 5:20-21: »rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ »). La soumission de la femme est source d’humilité et d’amour dans le cœur de l’homme; Elle impose à l’homme l’amour véritable dont a besoin la femme pour son bonheur et celui de la famille. C’est ainsi qu’en retour, l’homme a le devoir d’aimer et de chérir une femme soumise. C’est un ordre divin.

La soumission est une expression d’humilité par laquelle on honore Dieu à travers son époux. Une femme soumise est une femme vertueuse. Jésus, Dieu vivant, n’a t-il pas lavé les pieds de ses disciples? Jean 13:14-17: »Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; 15car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus grand que celui qui l’a envoyé. 17Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. »

Thimothee 3 :1 +12 « Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme,… « 

 

En conclusion, le mariage est un engagement très sérieux, un acte sanctifié par Dieu, ayant pour but de nous rendre deux fois plus fort. C’est pour cela que Satan persécute les couples à tous les niveaux :

-d’abord en amont, en les incitant à se marier prématurément, limitant ainsi nos chances de tomber sur notre véritable « côte »,

-et en aval, en poussant les couples mariés à l’adultère, et au divorce.

Alors, mes frères et sœurs, avant, vous l’ignoriez, mais maintenant que vous le savez, vous n’avez plus d’excuse: si vous voulez marcher avec Dieu, demandez-lui de vous préserver d’un mariage qui n’est pas conforme à sa volonté et qui pourrait un jour aboutir à un divorce. Votre femme est votre double, votre force, votre vis-à-vis ; elle n’est pas votre objet, ni votre ennemi. Elle vous permet d’assurer votre postérité. Dieu l’a mise sur votre chemin pour vous aider à réaliser le plan de Dieu dans votre vie. Votre mariage ne doit pas être sali par l’adultère, ni rompu par le divorce. Il doit être sans tâche ni rides, comme le mariage de Jésus avec son église, sinon vous entâchez la bénédiction de votre postérité.

Evitons aussi bien l’adultère physique que l’adultère spirituel, car nous sommes tous mariés à Jésus.

Evitons également l’idolâtrie, évitons d’aimer des êtres ou des objets plus que Dieu lui-même, car c’est lui notre premier amour, notre premier mari, c’est de lui que dépend le salut de notre âme.

Matthieu 22 : 37-38 « .. Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38C’est le premier et le plus grand commandement. 39Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. »

 

Servante Sylvie